L’étude sur le devenir des jeunes placé(e)s innove par la participation d’un comité de jeunes ex-placés qui collabore de façon transversale à toutes les étapes du processus de recherche.

Le comité de jeunes de la recherche EDJeP est composé de 12 jeunes de 18 à 35 ans qui ont tous connu une expérience de placement et qui ont le souhait, en s’investissant dans le projet EDJeP, d’améliorer les services offerts aux jeunes qui quitteront les centres jeunesse et débuteront leur parcours vers l’autonomie.
Le comité jeunes est donc un espace de participation où les jeunes ayant vécu une expérience de placement se rencontrent et s’organisent afin de trouver des moyens pour s’assurer que leurs voix, leurs expériences et leurs avis soient considérés à chaque étape du processus de recherche.

Le comité jeunes a un rôle de conseiller auprès des chercheurs, des différents comités et partenaires de la recherche. Son mandat est de surveiller que la participation des jeunes soit significative et basée sur leurs droits à chaque phase de la recherche, de la planification à l’exécution de la recherche .

Les mots du comité jeunes :
« Le Comité des jeunes est là pour s’assurer que l’engagement des jeunes est intégral dans le programme de recherche et que les jeunes placé(e)s aient une contribution et une participation significatives à toutes les étapes de la recherche »

Implication concrète du comité de jeunes dans la recherche EDJeP:

Le comité conseiller  a travaillé en sous-groupe pour commenter et valider chaque question et section du questionnaire qui servira à la collecte de données.
Les jeunes ont participé étroitement au processus de sélection des intervieweurs qui rencontreront les 1000 jeunes partout au Québec pendant la cueillette de données.

Ils ont travaillé à définir les aptitudes et compétences recherchées chez les candidat(e)s qui rencontreront les jeunes visés par la recherche. 5 membres du comité étaient présents pendant les entrevues pour représenter le groupe, poser leur question et donner leur avis sur le choix des candidats. Cinq membres du comité ont aussi participé à la formation des intervieweurs qui rencontreront les jeunes partout au Québec pendant la collecte de données.

Le comité a aussi été appelé à valider les outils de communication produits pour rejoindre les autres jeunes.

 

La parole aux jeunes :

 
Geneviève
Moi c'est Geneviève, j'ai 24 ans, je suis une jeune femme aux études qui aime la vie, j'ai trouvé mon appartement stable avec quelqu'un qui m'aime. Mon cheminement: j'ai été placée avec le système de la DPJ très jeune, c'est pourquoi que je m'implique à fond dans la recherche EDJeP. Ça me fait grandir et apprendre à laisser de côté mon passé derrière moi. Je veux continuer à réussir comme ça dans la vie, je veux que notre voix continue à se porter !!! Chaque rencontre est magnifique!


Maggy
J'ai été placée à l'âge de 15 ans pour des troubles de comportement.
De fil en aiguille, je suis retournée aux études à l'âge de 23 ans et je poursuis mon parcours académique depuis.
Aujourd'hui, j'ai 32 ans et je me rends compte que ma transition à la vie adulte aurait pu être mieux et j'essaie d'apporter ma contribution au comité des ex-placé.es comme membre, mais aussi comme patiente-partenaire.
Émilie
J’ai joint le comité de recherche parce que je crois que les jeunes aujourd’hui sont importants pour l’avenir de la société. J’ai vécu dans le système de la DPJ des événements qui n’auraient jamais dû être et à travers le comité, je souhaite pouvoir empêcher que cela se reproduise. Je crois que nos jeunes doivent connaître leurs droits et surtout qu’ils peuvent les appliquer. Je travaille aujourd’hui avec l’EDJeP à la fortification de nos jeunes et de leur avenir.

Loïc :
Bonjour, j’ai rejoint le comité de jeunes EDJeP car j’ai été placé de mes 17 ans à mes 18 ans, puis j’ai trouvé plusieurs fois qu’il y avait des choses incorrectes venant des intervenants vis à vis des jeunes.
C’était pas toujours pédagogique envers les jeunes placés. Alors c’est important de rester curieux et de modifier le plus de choses incorrectes que les jeunes peuvent vivre et y apporter des changements.
C’est pour ça que j’ai rejoint le comité.
AnnieJe me présente Annie, j’ai 25 ans. J’ai été placé en famille d’accueil dès l’âge de 2 ans, et j’ai fait du va et vient entre mes familles d’accueil et ma famille biologique. J’ai finalement été placée jusqu’à majorité. J’ai un diplôme en technique d’intervention en loisirs et j’aimerais poursuivre vers l’université. Aujourd’hui, je partage mon histoire haut et fort pour aider des jeunes qui ont besoin d’être encouragés, aider et de voir la lumière au bout du tunnel. C’est en s’impliquant que nous pouvons faire une différence dans notre société.
Jessica
Moi, c’est Jessica, j’ai 31 ans et je suis maman de deux adorables jeunes filles (13 et 5 ans).
En avril 2020, j’ai gradué au Baccalauréat en psychoéducation et je veux me spécialiser sur la transition à la vie adulte des jeunes placés. Je m'intéresse à la pair-aidance, à la participation des jeunes et à l'éducation à la citoyenneté.
Je suis une personne énergétique, avec une bonne facilité de communication et ayant plein d’idées et de projets. J’aime m’impliquer dans ma communauté et partager ma passion pour la photographie et la vidéo.
J’aimerais continuer mes études, possiblement jusqu’au doctorat. Je veux faire de la recherche, donner des conférences, être mentor, publier un livre, militer pour le bien-être des jeunes placés et faire preuve d’innovation dans les méthodes d’intervention.
Je m’implique mensuellement dans le comité de jeunes ex-placés, car selon moi il est primordial que notre voix, la voix des jeunes, soit entendue ! Je suis persuadée que l’implication d’anciens jeunes placés qui connaissent bien la réalité des jeunes en milieux substituts est essentielle dans le développement de programme ou l’ajustement des services.
Ensemble, nous allons pouvoir améliorer la qualité de vie des jeunes en difficulté. Chaque réunion est intéressante et gratifiante !
Au plaisir de vous rencontrer !

Jessy
Jessy est un jeune adulte altruiste et charismatique.
Ce dernier reçoit des services de la Protection de la Jeunesse, entre ses trois ans et ses 18 ans, en vertu d’un placement à majorité en famille d’accueil, ordonnée par la Chambre de la jeunesse. Il milite dorénavant pour les droits de la jeunesse et la lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale.
Il exerce aujourd’hui le métier de technicien en travail social au sein du réseau de la santé et des services sociaux du centre-sud de l'île de Montréal, à la direction de la protection de la jeunesse. Il complète actuellement sa troisième année baccalauréat à l'Université de Montréal en travail social et à pour intérêt de s’inscrire à la maitrise en bioÉthique à l’Université de Montréal.
Ainsi, il désir promouvoir une réflexion structurée sur les enjeux éthiques liés à la prise de décision dans le domaine de la pratique clinique, dans le domaine de la santé et de services sociaux, particulièrement dans le champ jeunesse.
Il s’implique dans le comité des jeunes afin de construire un discours collectif sur la situation des jeunes placés au Québec et faire porter la parole des jeunes dans les différentes sphères sociales et politiques.
Kévin
Je suis intéressé par le projet parce que c'est enfin à notre tour de parler et de se faire entendre. C'est le temps de changer les choses qui n'ont malheureusement pas été appliquées plus tôt. Placé dès l'âge de 7ans, déjà 11 ans ont passé où j'ai dû écoper pour les choix de mes parents. Aujourd'hui, je suis maintenant un homme indépendant sans soutien. On ne peut compter que sur soi même pour apporter des changements alors pourquoi ne pas aider les jeunes? Surtout s'ils se posent tant de questions et de réponses inexpliquées.

Marcelle
Marcelle est une travailleuse communautaire, éducatrice, et artiste engagée qui s’est intégrée dans la recherche d’EDJeP pour faire le pont entre les réalités du terrain au travers et en dehors de l’institutionnalisation des jeunes, pour faire surgir à la fois les capacités transformatrices d’informer la recherche, les pratiques et les politiques liées au droits des jeunes placés. Ses compétences organisationnelles dans le domaine communautaire et le monde académique, et sa nature créative lui permettent de constamment chercher à pratiquer, appliquer de nouvelles approches et promouvoir les voix et les expériences des jeunes avec le maximum de ressources, respect et support afin d’atteindre une autonomie dans la dignité.


This slideshow requires JavaScript.